Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

OTPPAu service de la presse paroissialeOTPP, au service de la presse paroissiale
menu

C'est quoi la FNPLC ?

C’est en spécialiste, puisqu’il en fut le président, que le père Robert Verpraet (également à l’époque président de l’OTPP) rappela, dans un exemplaire de « Savoir », en février 1996, l’origine de la Fédération Nationale de la Presse Locale Chrétienne. Un document maintenant précieux dont voici de longs extraits.

« Petit Poucet » de la presse écrite, la presse locale chrétienne étonne toujours par la multiplicité de ses titres, les nombre de ses parutions, l’importance de ses tirages.

On estime aujourd’hui le tirage annuel des journaux paroissiaux à plus de 20 millions d’exemplaires. L’histoire de la Presse Locale Chrétienne (PLC) mérite d’être rappelée.
Le 29 mars 1993, à l’occasion d’une journée portes ouvertes organisée à Paris, par la FNPLC, le président de la fédération, le Père Pierre Bertrand, avait lui-même présenté cette histoire. Avant la guerre 39-45, combien y avait-il de promoteurs de la presse paroissiale ? Impossible de le dire : l’Eglise, en France, est ainsi faite que chacun met au service de la mission son imagination, son bon vouloir, sans pour autant s’ouvrir aux autres de ce qu’il a fait.


Une enquête, réalisée il y a quelques mois auprès des diocèses fournit des renseignements fiables : les laïcs, de plus en plus nombreux, ont pris désormais leur place dans ce « créneau » ecclésial. Par ailleurs, dans les premières années de l’après guerre, des associations se sont créées pour permettre aux responsables de journaux paroissiaux d’avoir à leur disposition un fonds commun dans lequel ils puiseraient à volonté ou qu’ils accepteraient de faire leur. 
Leur but était, et demeure, de faire œuvre pastorale en proposant la Bonne Nouvelle, selon les modalités d’écriture appropriées aux destinataires qui, par, principe, sont tous les habitants d’un territoire donné. L’esprit commercial n’est que second, c'est-à-dire limité à une gestion équilibrée. La publicité peut être un moyen pour se faire.

 

Le besoin d'une Fédération

 

Cependant, ces associations locales existaient sans bien se connaître vraiment. C’est le mérite du Père Fihey, alors secrétaire de l’épiscopat chargé de la communication (il fut par la suite évêque de Coutances), d’avoir proposé à ces associations de se regrouper en Fédération. Ainsi naquit la Fédération Nationale des Périodiques Chrétiens à Diffusion Locale, c’était en 1976. L’adjectif « chrétien » avait été préféré à celui de « catholique », pour permettre aux membres d’autres confessions d’adhérer à cette fédération. A la vérité, quelques essais en ce sens n’ont jamais été transformés. Depuis quelques années, la dénomination étant lourde et le sigle peut parlant, cette fédération se retrouve sous l’étiquette « Presse Locale Chrétienne » (PLC).


Elle ne prétend pas avoir conquis des lettres de noblesse. Elle se veut un outil pastoral de la communication à la disposition, non pas de clients, mais d’adhérents. Elle s’inscrit, sans tapage, dans cette histoire de l’Eglise de France qu’a tissée pour sa part cette presse de base.
Certaines associations se caractérisent par une implantation limitée à un seul diocèse, d’autres regroupent des paroisses réparties dans plusieurs diocèses, tel est le cas de l’OTPP qui rayonne sur quinze diocèses.
Les modes de diffusion des journaux paroissiaux sont aussi très différents d’une association à l’autre. Dans le Nord, les journaux sont distribués au porte à porte par des équipes de diffuseurs bénévoles. Suivant les paroisses, les parutions sont trimestrielles, bimestrielles, voir dix fois par an.

 

Pas clients, mais adhérents

 

Chaque année, la FNPLC tient son assemblée générale statutaire. Ce rassemblement ne se contente pas de répondre à des exigences juridiques ; il se veut en priorité un lien d’échanges pour la mise en commun d’expériences, un partage des difficultés, surtout de projets d’ordre pastoral :

  • Quelle communication adressons-nous à nos lecteurs ?
  • Quel intérêt portent-ils à nos publications ?
  • Par qui et comment nos journaux sont-ils rédigés ?
  • Quelles sont les méthodes de diffusion ?
  • Quels sont nos modes de gestion ?
  • Quel concours apportons-nous aux nombreux bénévoles qui assurent la vie de nos journaux ?

La FNPLC fait partie, comme membre fondateur, de la Fédération des Médias catholiquies (FMC).